Les tsaatans « des éleveurs de rennes »

You Are Viewing

A Blog Post

Les tsaatans « des éleveurs de rennes »

Environ 100 km au nord-ouest du lac Khovsgol (tout au nord de la Mongolie) dans le district du village de Renchinlkhumbe, le lac Tsagaan Nuur ou « lac blanc » se trouve au cœur de la dépression de Darkhad autrefois recouverte d’un glacier. La zone dépressionnaire est à peu près aussi grande (en superficie) que celle du lac Khovsgol, mais beaucoup plus difficilement accessible car la zone est très marécageuse et la piste pratiquement impraticable en voiture et ardue en cheval. L’hiver est la meilleure saison pour s’y rendre car le véhicule passe sur les rivières gelées.

Ce site aux abords de la frontière avec la Sibérie, encore très sauvage, abrite les campements des Tsaatans (groupe ethnique minoritaire peuplant la Mongolie). Les quelques familles de l’ethnie essaient de préserver leur mode de vie traditionnel, malgré les difficultés (climatiques, vétérinaires et économiques). On dénombre encore entre 150 et 200 membres environ dont la vie quotidienne est rythmée et régulée par l’élevage des rennes. Ces animaux leur servent en effet de moyen de locomotion, de nourriture (lait, fromage, viande) et leurs peaux recouvrent leur habitat le tipi. Il peut même arriver qu’ils utilisent le lait de renne pour alimenter les bébés et jeunes enfants car grâce à ses qualités nutritives il peut remplacer le lait maternel. Un renne femelle donne environ de 96 à 100 litres de lait.

Contrairement aux autres ethnies du pays, les Tsataans vivent sous des tipis qui ne sont pas sans rappeler ceux des Indiens d’Amérique. Ils étaient autrefois recouverts de peaux de rennes mais sont aujourd’hui équipés de toiles épaisses. Les Tsaatans sont également grands adeptes du chamanisme et la région de Darkhad est l’un des hauts lieux du chamanisme en Mongolie.

La majorité d’entre eux vivent une vie difficile à cause du climat, des maladies de leurs bêtes et des difficultés économiques. Et nombreux sont ceux qui ne vivent plus toute l’année dans la taïga. La scolarité des enfants se fait au village et les jeunes enfants ne rentrent chez leurs parents que pendant les vacances scolaires. Certaines familles ont donc décidé de passer l’hiver au village. De plus les mines ont vu le jour dans cette région et accentuent encore les déséquilibres et les problèmes. Des lois mongoles existent aussi leur interdisant de pratiquer la chasse ou de nomadiser au-delà d’un certain périmètre proche de la frontière avec la Sibérie. Or, le réchauffement climatique les oblige à aller toujours plus au nord chercher des terres appropriées pour leurs troupeaux.  Tout ceci fait que leur mode de vie est en danger et est menacé.

Nous vous proposons d’aller à leur rencontre en hiver saison à laquelle leurs campements sont abrités par les forêts. Vous découvrirez leurs rites et traditions et la rencontre risque bien de vous marquer durablement !

Lien vers un de nos voyages chez les Tsaatans : http://www.voyagesenmongolie.com/les-voyages/circuit-hiver-mongolie-immersion-chez-les-tsaatans/

 

 

 

Leave a Reply