Chute des températures en Mongolie et vague de grand froid

You Are Viewing

A Blog Post

Chute des températures en Mongolie et vague de grand froid

La Mongolie connait une baisse soudaine des températures combinée à de fortes chutes de neige en continu depuis la fin du mois de Décembre 2009.
La situation actuelle a provoqué la perte de centaines de milliers de têtes de bétail, laissant de nombreux éleveurs sans aucune source de subsistance.

Les chiffres officiels indiquent qu’environ 90% du pays souffre de conditions de « zud » (catastrophe naturelle climatique), avec des chutes de neige de 20 à 120 centimètres. La température moyenne dans le nord de la Mongolie a chuté à -37°C, avec des températures dans le reste du pays allant de-19 à -37°C.. Jusqu’à présent, la température la plus froide : -49°C a été enregistrée dans la province de l’Uvs (nord-ouest). A la date du 16 Janvier 2010, un total de 198 soums (villages) dans 19 provinces souffraient déjà de conditions météorologiques sévères.

Selon les estimations de l’Agence de gestion des urgences (NEMA), un total d’au moins 786.639 têtes de bétail ont péri, dont 89% appartient aux dix provinces les plus touchées. La perte totale du bétail est d’environ 17% des 43,6 millions estimés de têtes de bétail dans le pays. Et au moins cinq personnes sont mortes au cours de tempête de neige cet hiver.
Le 11 Janvier 2010, un état d’urgence a été déclaré dans la province de Gobi-Altai (sud-ouest) en raison de l’aggravation de la situation là-bas. Tout le trafic était bloqué et le bétail ne pouvait absolument plus se nourrir car le sol était recouvert d’une trop grande épaisseur de neige.

En conséquence, la semaine dernière, le gouvernement a pris les décisions suivantes:

-Proposer la vente de 4.000 tonnes de foin et 5.000 tonnes de fourrages d’une valeur de 1,7 milliards de Tougriks (environ US $ 1,15 millions) avec une réduction de 50% pour les éleveurs des provinces les plus touchées.
-Lancer un appel national aux conseils municipaux, gouvernementaux et aux ONG ainsi qu’aux organisations internationales, et organiser une campagne d’aide en faveur des éleveurs les plus touchés.
-Traiter les 30.000 tonnes de viande provenant des animaux morts tout en respectant les normes alimentaires minimales : l’échanger contre des animaux vivants, ou alors prêter du bétail à des éleveurs en collaboration avec l’administration provinciale et étudier la possibilité d’exporter la viande stockée par les éleveurs.
-Dépêcher d’urgence des groupes de travail pour les 12 provinces les plus touchées.

Les groupes de travail, nommés par le gouvernement, sont maintenant opérationnels dans les huit provinces les plus touchées, et il est prévu de mobiliser l’armée et les véhicules des gardes-frontière pour rouvrir les routes bloquées afin d’apporter du foin, du fourrage, de la nourriture, des vêtements et des médicaments aux familles d’éleveurs. Le gouvernement mongol envisage d’allouer un total de 315 millions de Tougriks (US $ 213.559) d’aide d’urgence pour la santé et les services sociaux afin de soutenir les éleveurs des provinces de Dundgobi, Zavkhan, Uvurkhangai, Bayankhongor, Gobi-Altai, Umnugobi, Arkhangai, Bayan-Ulgii, Tuv, Uvs, Khuvsgul et Hovd. En outre, a déclaré le Premier ministre Batbold, si les prévisions météorologiques s’avèrent exactes on prévoit encore plus de neige lors du mois de Mars et on estime que 5 à 8 milliards de Tougriks seront nécessaires pour surmonter les conséquences de la catastrophe. Il a ajouté que du foin et du fourrage seront achetés à la Russie et la Chine.

Selon le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, le nombre de familles de bergers touchées est estimé à près de 120.000. Et selon l’Institut de météorologie et d’hydrologie davantage de chutes de neige sont encore prévues entre Janvier et Mars, avec des températures variant entre -28 et -45°C.
Le pays a lancé un appel national pour aider les éleveurs car en raison de leur mode de vie ce sont eux les plus touchés. En réponse à cet appel, par exemple, les employés de diverses organisations publiques et privées ont fait don d’une journée de leurs salaires aux éleveurs dans les zones les plus touchées.

Leave a Reply