Des archéologues auraient localisé le Palais de Gengis Khan à Kharakhorum

You Are Viewing

A Blog Post

Des archéologues auraient localisé le Palais de Gengis Khan à Kharakhorum

Écrit par Jack Sabharwal pour le « UB Post », le Mardi 14 avril 2009.

Une équipe d’archéologues a déclaré avoir trouvé le palais du célèbre Gengis Khan, parmi les ruines de KharaKhorum, la capitale de l’époque du grand conquérant mongol.

Entourée de grands murs de terre, la capitale mongole se tenait au milieu des steppes. De nombreuses personnes de nationalités différentes parcouraient les rues étroites de la ville : des chinois, des musulmans et des Français. Bon nombre de ces étrangers vivaient dans KharaKhorum involontairement, ils étaient en fait des prisonniers provenant des villes conquises.

La disposition de la ville reflète cette diversité : il existait des mosquées, des « temples aux idoles » et même une église chrétienne nestorienne. Les archéologues ont trouvé des tuiles et décorations de style chinois qui ornaient probablement les toits des bâtiments. KharaKhorum a également été un centre commercial, et des objets venus de très loin ont été retrouvés là : des pièces musulmanes en argent, des morceaux de poterie chinoise, etc.

C’est Kubilai Khan, le petit fils de Gengis Khan, qui a décidé de « déménager » la capitale à Pékin (Beijing) et il a construit un palais d’été à Shangdu.

« Vous ne pouvez pas reigner sur une population de 75 millions d’individus depuis la Mongolie », a déclaré Morris Rossabi, qui enseigne l’histoire de l’Asie à l’Université de Columbia. « Kubilai tentait de gagner la sympathie des Chinois, en minimisant le statut « étranger » de sa dynastie, pour finalement avoir le dessus sur ses sujets », a-t-il ajouté. C’est ainsi que KharaKhorum a commencé à décliner, bien que les khans retournèrent régulièrement dans la « capitale des steppes ».


Après que les Mongols aient été expulsés de la Chine au quatorzième siècle, ils ont brièvement refait de la ville leur capitale, mais en 1388 les Chinois l’ont détruit. Le site est resté important pour différents clans et en 1586 Altan Khan y a construit un grand monastère bouddhiste.

Les archéologues pensent désormais que Le Palais du Grand Khan se trouve sous les ruines de ce complexe, dont beaucoup d’éléments ont été détruits par les communistes dans les années 1930. Sa fontaine en argent pourrait bien ne jamais être retrouvée, mais selon les historiens, elle a bel et bien existé. Les archéologues ont également mis au jour la preuve du travail du verre et d’ateliers de sculpture sur os. « Nous avons trouvé des vestiges du quartier des artisans et de fonderie ainsi que des objets en fer et autres métaux», a déclaré Ernst Pohl, un archéologue allemand.

Leave a Reply