Globe trotters écolos en Mongolie

You Are Viewing

A Blog Post

Globe trotters écolos en Mongolie

Clin d’oeil à nos amis Amandine et William qui quittent la Mongolie ce lundi 3 juillet après 9 mois passés à UB et à la campagne.

Source : www.sudouest.fr

Pour ses études, Amandine avait quitté le village de Monsac, près de Beaumont, où ses parents sont installés depuis vingt ans. À Toulouse, elle a décroché un DEA d’écologie, puis a poursuivi ce cursus avec un DESS de développement durable à Paris.

Depuis, elle court le monde. La formation de son ami William, technicien de l’eau et de l’assainissement, est en parfaite complémentarité avec la sienne, et c’est ainsi que le couple partage des « Histoires recyclables » : « Parmi les innombrables portes ouvertes lorsque l’on parle de développement durable, certaines retiendront plus particulièrement notre attention : l’eau, le recyclage et la biodiversité. Thèmes chers à chacun de nous et que nous explorons depuis quelques années déjà au travers de nos choix professionnels », résument-ils dans la présentation de leur projet.

Écarter les voyages en avion
Leur long voyage a eu pour première étape de Laos, en mai et juin 2010. Amandine et William sont ensuite allés en Chine, avant de partir pour la Russie, début août. L’étape initialement prévue en Mongolie pour deux mois s’est prolongée : « Amandine s’est vu proposer un emploi au sein de l’Alliance française. » Du coup, ils n’envisagent leur retour en France qu’à partir de ce mois de juillet.

Uniquement par des moyens terrestres, « leur philosophie de préservation de l’environnement écartant les voyages en avion », explique Françoise Boucard, qui se prépare à attendre le retour de sa fille durant encore un an.

Microprojets
À chaque étape, les deux jeunes gens privilégient les rencontres avec les habitants, apprenant d’eux ou leur enseignant des gestes simples d’hygiène, montant des microprojets adaptés aux besoins et aux moyens de villages souvent très pauvres.

Ils apportent leurs connaissances et forment des jeunes sur place, collaborent avec les associations locales, sont très présents dans les écoles. La « valise pédagogique » sur l’eau et le recyclage qu’ils avaient concoctée lors de leur préparation à ce long voyage s’est grandement enrichie de leurs rencontres et des réalités locales.

Leur lien avec la France et leurs proches est nourri par leur blog, mais aussi par des partenariats qu’ils ont noués avec des écoles françaises, dont naturellement celle de Monsac.

(1) Leur blog : histoiresrecyclables.net. histoires.recyclables@gmail.com est leur adresse courriel.

Leave a Reply