La capitale de Mongolie, Oulan-Bator

You Are Viewing

A Blog Post

La capitale de Mongolie, Oulan-Bator

La capitale a été fondée en 1639 par le premier Chef spirituel de Mongolie (« Bogdo Gegeen ») Zanabazar. A l’origine son nom était « Urgoo » et elle se situait sur le lieu-dit de « Shireet Tsagaannuur » dans le village de Burd au sein de la province d’Övorkhangai. On considère donc que ce fut le fondement de la capitale actuelle de la Mongolie. La ville, qui était un regroupement de yourtes et donc un campement nomade, s’est déplacée 29 fois aux abords des rivières Orkhon, Tamir et Tuul. Son nom a évolué depuis 1639 : « Urgoo », « Nomiin Khuree », « Ikh Khuree », « Niislel Khuree » puis au lendemain de la révolution en 1924 le nom d’« Oulan-Bator » qui signifie « héros rouge ». Depuis 1778, la ville s’est établit durablement à l’endroit actuel au bord de la rivière Tuul, à une altitude moyenne de 1300-1350 mètres, entre les montagnes Bogdo Khan, Songino Khairkhan, Chingeltei et Bayanzurkh.

La ville était basée autour de l’activité de son monastère principal. La première école religieuse y a été construite en 1756. Et le temple Gandan, qui subsiste aujourd’hui, fut construit en 1809. En effet une part importante de la population à l’époque était rattachée de près ou de loin à l’activité religieuse et chaque famille avait au moins un fils moine.

Ce n’est que plus tard, pendant la période socialiste, que les édifices à structures fixes (et non plus nomades) ont vu le jour.  Plusieurs bâtiments culturels comme le théâtre, le cinéma, des musées, le cirque et l’opéra ont été construits par les russes. Et toujours sous initiative russe, le premier chemin de fer a vu le jour en 1949, dans la direction Naouchki – Oulan-Bator – Zamiin-Uud.

Oulan Bator est devenue la capitale de la Mongolie en 1911 suite à une déclaration du Bogdo Khan (chef religieux de l’époque).

Oulan-Bator aujourd’hui :

Oulan-Bator est une ville en pleine mutation. Des tours high-tech à l’architecture moderne côtoient des immeubles aux façades vieillissantes datant de l’époque soviétique et en périphérie des quartiers de yourte immenses. Le tout forme un mélange hétéroclite qui peut surprendre au premier abord mais qui, si l’on prend le temps de regarder et de flâner un peu, devient peu à peu agréable voire « charmant ».

La majeure partie de la ville s’étend d’Est en Ouest, le long de l’avenue principale : Enkh Taivnii Urgun Chuluu.

La ville peut se découper, grossièrement, en trois quartiers :

  • Au Nord, les quartiers de yourtes, qui pareils à des bidonvilles, ne disposent d’aucune infrastructure hormis l’électricité (pas d’eau courante, pas de tout-à-l’égout, rues en terre battue…). L’exode rural, depuis la chute du communisme au début des années 1990, a augmenté et de plus en plus d’anciens nomades ayant perdu leur troupeau, ou à la recherche d’une vie meilleure, s’y sont installés. Ces quartiers sont très pollués l’hiver en raison du charbon utilisé pour se chauffer ;
  • Le centre-ville, où se situent les principaux musées de la ville, les restaurants, le « grand magasin d’Etat » (ikh delguur), les cinémas, magasins de souvenirs, universités, etc. Une grande partie de la classe moyenne habite le centre, dans les immeubles construits pendant la période soviétique ou ceux plus récents ;
  • Au Sud, près du monument de Zaisan, les nouveaux quartiers sont investis par l’élite, les mongols aisés et les expatriés. L’air, en hiver, y est plus respirable et la tranquillité un peu meilleure.

La ville se divise en 9 districts : Bayanzurkh, Bayangol, Songino khairkhan, Chingeltei, Sukhbaatar, Khan-Uul, Nalaikh, Baganuur et Bagkhangai. Chaque district se divise en plusieurs « Khoroos ». Les districts comme Nalaikh (sud-est à 36 km de la ville), Baganuur (130 km d’UB) et Bagakhangai (sud-est à 90 km d’UB) se trouvent assez loin de la ville.  Actuellement il y a 1,3 million d’habitants dont 67% a moins de 35 ans et 30% a moins de 16 ans. Oulan-Bator est devenue le centre politique, économique et culturel du pays.

 

Leave a Reply