Le Gouvernement Mongol renforce sa politique répressive en matière de stupéfiants

You Are Viewing

A Blog Post

Le Gouvernement Mongol renforce sa politique répressive en matière de stupéfiants

Un meeting intitulé « Dangers, mesures de prévention et répression du trafic de drogues » s’est tenu le 1er mars dernier à la Chambre des Citoyens, sous la préséance du Président Ts. Elbegdorji. Ce meeting avait pour objectif d’établir les principes et stratégies de lutte contre le trafic illégal de stupéfiants. Depuis février 2012, pas moins d’un total de 17 citoyens mongols on été interpellés en Chine pour possession de stupéfiants. La plus légère sentence prise à leur encontre est la peine de 7 ans de prison, allant de la réclusion à perpétuité, et jusqu’à la peine de mort. De plus, 15 citoyens mongols sont toujours dans l’attente d’un jugement en Chine.

« Le gouvernement Mongol n’oubliera pas tous ceux qui ont commis ce crime, qui mène en fin de compte à la mort et à la tragédie. C’est dire si le sujet n’est pas pris à la légère. Le printemps prochain et jusqu’au prochain meeting de l’Assemblée, le gouvernement se concentrera sur la formulation et l’abrogation de lois et de mesures de répression qui ne feront pas de cas d’un individu qui s’adonne à la vente de stupéfiants, qui en possède ou qui est impliqué dans toute activité illégale liée à la drogue. Il y a seulement un mois, des sœurs qui étaient en possession de cocaïne, se sont vues refuser leur droit d’entrer en Mongolie. Bien que la juridiction de notre voisin du Sud les ait autorisées à retourner chez elles, les coupables devront être jugées par els lois mongoles », a affirmé le président.

Il ajouta que 70% des citoyens Mongols arrêtés en possession de drogues voyageaient alors dans les capitales de la Malaisie, Kuala Lumpur, et tous furent arrêtés aux douanes chinoises.
« Le fait qu’aucun visa ne soit requis pour les citoyens mongols voyageant en Malaisie a ouvert de nouvelles possibilités aux trafiquants de drogue. J’ai alors sommé le Ministère des Affaires étrangères et  du commerce d’établir une loi concernant l’obligation de visa pour se rendre en Malaisie. 70% des enfants et adolescents qui ont consommés des drogues ont avoué l’avoir fait avec des amis. La drogue entre dans nos vies sans prévenir. Je demande aux parents mongols d’être prudents et de sensibiliser leurs enfants quant aux méfaits de la drogue ».
Le Chef du Département Général de la Police, le Colonel S.Ganbat, expliqua « A ce stade initial d’ouverture du marché de la drogue en Mongolie, nous avons besoin de renforcer notre politique répressive. Les crimes liés à la drogue ont augmenté durant ces dernières années, et 22 nouveaux cas font l’objet d’une enquête depuis la fin 2011.

Un nombre importants de ministres et de représentants de la Police des Frontières, l’Agence des renseignements, les Douanes, ainsi qu’enseignants, chercheurs, et étudiants assistèrent à ce meeting.

 

Source: UB Post, 05/03/2012

 

Leave a Reply