Le printemps en Mongolie

You Are Viewing

A Blog Post

Le printemps en Mongolie

Les éleveurs mongols ont passé un hiver difficile et rigoureux mais le climat se réchauffe heureusement petit à petit dans les steppes de Mongolie. Le printemps, contrairement à la France, est une des périodes les plus dures car c’est le moment d’une activité intense dans les campagnes. Mars, Avril et Mai sont des mois de transition. L’herbe des pâturages n’a pas encore repoussée et les nomades ont de plus en plus de mal à trouver de la nourriture pour leurs animaux fatigués de l’hiver qui s’est à peine terminé. Espérons donc qu’il n’y ait pas encore des chutes de neige importantes qui paralyserons tout mouvement dans la steppe.

Le printemps c’est également la période des tempêtes. En effet, le climat est très sec, le vent violent et le temps extrêmement changeant. On peut parfois faire l’expérience des quatre saisons en une même journée. C’est pourquoi les Mongols utilisent cette expression : « le soleil du matin n’est pas le soleil de toute la journée ; le bonheur de l’enfance n’est pas toujours celui de toute la vie ».

Même si le printemps est dur, la plupart des éleveurs aiment cette saison. C’est la période de mise bas des animaux et donc de l’avenir d’un troupeau. Ainsi plus il y a de naissances, plus le cheptel augmente. Que du bonheur !

La mise bas commence autour du 20 mars et peut durer jusque début mai. Ce sont des mois très chargés. Le plus gros travail consiste à s’occuper des nouveau-nés. Toute la journée les éleveurs surveillent les femelles qui vont bientôt mettre bas tout en continuant leurs activités quotidiennes comme la traite, la préparation des produits laitiers, la cuisine et toutes les tâches concernant leurs bêtes. Une journée passe bien vite dans la steppe à cette période. L’intensité des activités liées aux naissances commence à diminuer à partir de fin avril. A cette période naissent encore quelques agneaux dits « tardifs ».

.

 

 

 

Leave a Reply