10 faits surprenants sur le Désert de Gobi

You Are Viewing

A Blog Post

10 faits surprenants sur le Désert de Gobi

Le Désert de Gobi est unique au monde. À cheval entre la Chine et la Mongolie, le Gobi recèle d’une multitude de surprises. Voici un tour d’horizon des faits les plus surprenants sur le désert de Gobi.

Le Désert de Gobi est le plus grand désert d’Asie

En effet, le Gobi est le plus grand désert du continent Eurasiatique. Mieux, il s’agit aussi du cinquième plus grand désert du monde. Il s’étale sur près de 1’300’000 km² à cheval entre la Mongolie et la Chine. En tête du classement mondial se trouvent le désert Antarctique et le désert Arctique. S’ensuivent le Sahara, le désert d’Arabie puis finalement le Gobi.

Désert de Gobi dunes

Les dunes de Khongor sont des exceptions paysagères dans le Désert de Gobi

Le Gobi, le désert des extrêmes

Par 42° de latitude, le désert de Gobi est le désert le plus au nord. Cela exclut bien sûr les déserts polaires. Il suffit de tracer une droite sur une carte du monde pour constater que le Gobi se situe plus ou moins au niveau de l’Espagne.

Le Gobi est un désert au climat continental, et la température peut parfois tomber en dessous des -40 °C en hiver, alors qu’elle flirte régulièrement avec les 35 °C, voir les 40 °C, en plein été. La température moyenne annuelle est d’ailleurs généralement négative. En hiver, les dunes de Khongor, appelées aussi « les dunes chantantes », sont parfois sous la neige. La météo du désert de Gobi est très aléatoire, et on peut observer des baisses des températures de plusieurs dizaines de degrés en moins de 24h.

desert Gobi bayanzag steppe

Le désert de Gobi reçoit en moyenne 10 à 250 mm de précipitation par année.

Désert de sable le Gobi ? Pas partout !

Seulement 5 % du désert est recouvert de sable. Le reste est constitué d’une steppe aride, de roches et de montagnes. Les dunes de Khongor sont d’autant plus surprenantes par le contraste qu’elles offrent au décor d’ensemble.

Vallée Yol Gobi montagnes

La vallée de la Yol au cœur des montagnes de Gurvan Saikhan qui culminent à plus de 2846 m

Après des chutes de pluie, le désert devient parfois subitement vert. Cela peut surprendre le voyageur réitérant un voyage dans le Gobi à une saison différente. La piste qui s’en va à travers cette vaste plaine infinie est envoûtante. Les voyageurs qui rentrent du Gobi évoquent souvent cette sensation de vertige… horizontal.

Une faune variée

La faune du désert de Gobi est étonnamment diversifiée. Les chameaux de Bactriane sont très courants. Plus surprenant, et malheureusement bien plus rare : on y trouve également des ours.  Il s’agit d’une sous-espèce de l’ours brun. L’ours du Gobi, ou « Mazaalai » est au bord de l’extinction, avec seulement entre 20 et 40 individus! Il s’agit aussi de la seule espèce d’ours n’étant représentée dans aucun zoo au monde.

desert-gobi-dunes-chameau

Prêt pour une balade à dos de chameau?

Le Gobi, un désert peuplé

À travers l’Histoire, le Gobi a toujours été une zone d’échange et de commerce. Un des tronçons de la Route de la Soie le traversait. Les caravanes mettaient alors plus d’une vingtaine de jours pour en venir à bout du nord au sud. Marco Polo en laisse un témoignage encore plus terrifiant : « On dit que ce désert est si long qu’il faut une année pour le parcourir de bout en bout ; et dans sa partie la plus étroite, il faut un mois pour le traverser. (…) On n’y trouve rien à manger ».

Pourtant, le désert de Gobi est relativement peuplé, pour un désert. Premièrement, on y trouve les fameux éleveurs de chameaux, de chèvres et de moutons. Deuxièmement, du côté chinois de grandes villes semblent avoir poussé au milieu de cet environnement aride. Exemple représentatif : la ville d’Erlian, à la frontière mongole et étape importante de la ligne de train Moscou – Pékin sur son tronçon transmongolien.

yourte desert gobi dunes

Campement d’une famille nomade qui héberge régulièrement les voyageurs de Ciel Mongol

Le paradis des paléontologues…

Dans les années 1920, l’explorateur américain Roy Chapman Andrews a découvert de nombreux fossiles de dinosaures près des Flaming Cliffs de Bayanzag. Cet explorateur aurait d’ailleurs inspiré le personnage d’Indiana Jones.

Après cette découverte, paléontologues, bandits, collectionneurs, puis touristes se sont mis à affluer et parfois à ramasser les fossiles affleurant à même le sol. De nos jours, les dinosaures du désert de Gobi se trouvent éparpillés aux quatre coins du globe. Ces dernières années, le gouvernement mongol a heureusement lancé une campagne pour tenter de récupérer ces fabuleux fossiles.

gobi bayanzag

Le vertige horizontal depuis les falaises de Bayanzag

… Et des chercheurs d’or

Région riche et stratégique, on trouve aussi dans le Gobi de nombreuses mines. Les immenses mines d’or, de cuivre ou de charbon d’Oyu Tolgoi et de Tavan Tolgoi font notamment partie des plus grandes mines à ciel ouvert du monde. Par conséquent, cela ajoute du piment à la politique mongole qui doit faire des choix cruciaux sur le plan géopolitique (concessions minières, exportations, alliances économiques…etc).

Le Gobi gagne du terrain

Le désert grandit ! Ou plutôt, il progresse et gagne du terrain sur la steppe. Une des raisons en est la production de cachemire. En effet, cette fibre de haute valeur incite les nomades du désert à augmenter le nombre de chèvres par troupeau. Arrachant jusqu’à la racine les pousses qu’elles broutent, les sols se découvrent et cela laisse alors plus de prises à l’érosion. Bien sûr, le rechauffement climatique est aussi responsable de nombreux changements.

forêt saxaoul Desert gobi

Le Saxaoul est un des seuls arbres à pousser dans le Gobi

Voyager dans le désert de Gobi

Pour s’aventurer dans le désert de Gobi ? Jetez tout d’abord un œil à notre Top 5 des plus beaux sites du désert. Ensuite, rejoignez-nous pour les voyages les Mystères du GobiDécouverte du Gobi, ou même pour un petit aller-retour en train transmongolien. Alors à bientôt !

Et le Petit Gobi dans tout ça ?

Le Petit Gobi n’est pas dans le Gobi ! La région est ainsi nommée à cause du cordon de dunes (Elsen Tasarkhai) qui la traverse sur près de 90 km. Il s’agit néanmoins d’une région particulièrement intéressante par la diversité des écosystèmes qu’on y trouve.

Ceci n'est pas le désert de Gobi!

Ceci n’est pas le désert de Gobi!

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.